Terrain

Evaluer la toxicité des polluants sur le terrain

Les bioessais ont l’avantage d’être relativement faciles à mettre en place et à standardiser. Ils ont en revanche l’inconvénient d’être peu “réalistes” : ils ne tiennent pas compte de l’ensemble des variations environnementales telles que les conditions météorologiques, l’habitat de l’organisme ou encore le courant. Les tests in situ sont des tests effectués sur le terrain, c’est à dire sur le site que l’on veut analyser ou étudier. Ils ont l’avantage d’être plus réalistes que les tests de laboratoire puisqu’ils sont soumis à l’ensemble des facteurs environnementaux.

Des écotoxicologues sur le terrain
Des écotoxicologues sur le terrain – Source : Geffard, 2009

Les tests in situ peuvent ainsi permettre d’évaluer la qualité d’une rivière et de détecter les effets d’une pollution sur les organismes d’un cours d’eau. Ils sont en revanche bien plus difficiles à mettre en place et à standardiser : il est compliquer d’établir un protocole précis de ces tests, et les scientifiques travaillent pour l’instant “au cas par cas”. Or, cette standardisation est indispensable pour pouvoir comparer les résultats de ces tests entre laboratoires. Ces tests sont donc encore aujourd’hui à l’état de développement et sont pour l’instant essentiellement utilisés par les laboratoires de recherche. Cependant, on peut s’attendre à ce qu’ils soient de plus en plus utilisés à l’avenir en tant qu’outil de contrôle de la qualité des milieux naturels (Geffard, 2009).

Différents systèmes de tests in situ : biocapteurs, encagement, enclos
Différents systèmes de tests in situ – Source : Geffard, 2009

Il existe différents systèmes de tests in situ (présentés ci-dessus). Nous allons nous intéresser à l’un de ces systèmes : l’encagement (ou “caging”). Cette technique consiste à disposer des organismes (élevés en laboratoire ou prélevés sur le site) dans une “cage” et de mettre cette cage dans le cours d’eau que l’on veut étudier. Après une période d’exposition, on peut prélever des organismes puis les analyser en laboratoire. Les paramètres analysés peuvent être la mortalité, la santé, la reproduction (nombre d’embryons, les hormones, etc.) ou encore les lésions à l’ADN. Ils ont pour objectif de permettre de conclure sur l’état du cours d’eau testé (Geffard, 2010).

Encagement d'organismes sur le terrain
L’encagement : un dispositif de test in situ – Source : Geffard, 2009

Selon différents scientifiques, le dispositif d’encagement permet de réaliser des tests dans des conditions environnementales réalistes tout en limitant le nombre d’artefacts (c’est à dire d’effets indésirables liés aux conditions d’exposition comme la prédation par exemple) grâce à la technique de confinement des organismes par encagement (Liber, 2007).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *